Radiophilosophie !

Poêmes pour les OMs

 

LE BENEVOLE

UNE ESPECE A PROTEGER

Le bénévole ( activus bénévolus ) est un mammifère bipède qu'on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec ses congénères: les bénévoles se rassemblent à un signal mystérieux appelé " convocation ". On les rencontrent aussi en petits groupes dans divers endroits, quelque fois tard le soir, l'œil hagard, le cheveu en bataille, et le teint blafard, discutant ferme sur la meilleure façon d'animer une manifestation,ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler son budget.
Le téléphone est un appareil qui est beaucoup utilise par le bénévole et qui lui prend beaucoup de son temps, mais cet instrument lui permet de régler les petits problèmes qui se posent au jour le jour.
L'ennemi héréditaire du bénévole est le "YAQUA" (nom populaire) dont les origines n'ont pu être à ce jour déterminées; le YAQUA est aussi un mammifère bipède, mais il se caractérise surtout par un cerveau très petit qui ne lui permet de connaître que deux mots "Y A QU'A", ce qui explique son nom.
Le YAQUA, bien abrité dans la cité anonyme, attend. Il attend le moment où le bénévole fera une erreur, un oubli, pour bondir et lancer son venin qui atteindra son adversaire et provoquera chez celui-ci une maladie très grave, " le découragement ".
Les premiers symptômes de cette implacable maladie sont visibles rapidement: , absences de plus en plus fréquentes aux réunions, intérêt croissant pour son jardin, sourire attendri devant une cane à pèche et un attrait de plus en plus vif qu'exercent un bon fauteuil et la télévision sur le sujet atteint.
Les bénévoles décimés par le découragement risquent de disparaître et il n'est pas impossible que, dans quelques années, on rencontre cette espèce uniquement dans les zoos où, comme tous ces malheureux animaux enfermés, ils n'arrivent plus à se reproduire.
Les YAQUAS, avec leurs petits cerveaux et leurs grandes langues, viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper l'ennui, ils se rappelleront avec nostalgie du passé pas si lointain où le bénévole abondait et où on pouvait le traquer sans crainte.

ANONYME. 1989

 


RECETTE DE BONNE ANNEE
 
 
Prendre 12 mois complets
 
Les nettoyer de tout ressentiment, haine et jalousie,
 
Une fois bien propres,
 
Couper chaque mois en 28 - 29 - 30 ou 31 morceaux  
 
Puis, tout doucement, incorporer dans chaque journée :
 
Un zeste de courage... Une pincée de confiance...
 
Une cuillère de patience... Une louche de travail...
 
Mélanger le tout avec de généreuses portions
 
D'attention, de fidélité, de générosité et de douceur.
 
Assaisonner avec un soupçon de rêve et quelques éclats de rire
 
Dans une grande tasse de bonne humeur 
 
Verser maintenant la recette dans un plat garni d'espoir
 
Et pour terminer
 
Décorer avec Amour... Et servir avec tendresse.
 
 
BONNE ANNEE 2005 à Tous les Macounets
 

QSP par Sophie auteur inconnu janv. 2005


Pensée Positive !

 
Voici la pensée positive que je vous laisse .
J'espère qu`elle vous sera très utile dans les circonstances actuelles .
 
Va paisiblement ton chemin , à travers le bruit et la hâte , et souviens toi que le silence est paix .
Autant que faire se peut et sans courber la tête , sois ami avec tes semblables .
Exprime la vérité calmement et clairement et écoute les autres , même les plus ennuyeux , les plus ignorants , eux aussi ont quelque chose à dire .
 
Fuis l'homme à la voix haute et autoritaire , il pèche contre l'esprit
Ne te compare pas aux autres , par crainte de devenir vain et amer , car tu trouveras meilleur ou pire que toi .
 
Jouis de tes succès , mais aussi de tes plans . Aime ton travail , aussi humble soit-il , car c'est un bien réel dans un monde incertain .
Sois sage en affaire , car le monde est trompeur , mais n'ignore pas non plus que vertu il y a , que beaucoup d'hommes poursuivent un idéal et que l'héroïsme n'est pas chose si rare .
Amicalement , René VE2KOI, Mai 1992


LE GATEAU DU BONHEUR

INGREDIENT
Un maximum d'amour,
un zeste de confiance,
une pincée d'attention,
trois gouttes de tendresse,
un brin de liberté,
une poignée de sécurité.

N'OUBLIEZ SURTOUT PAS LES GARNITURES:

Beaucoup de bonne humeur et de joie de vivre.

PREPARATION

Faites déborder le bol d'amour en y ajoutant progressivement la confiance.
Pour obtenir une pâte légère, mélangez les gouttes de tendresse.
Versez cette pâte dans un moule préalablement enduit d'attention.
Pour une cuisson finale, chauffer le gâteau à la chaleur humaine.

TOUCHE FINALE :

Nappez le gâteau d'un coulis de liberté et saupoudrez le tout d'amitié.

REMARQUE IMPORTANTE:

Surtout ne pas laisser refroidir, il perdrait sa saveur.
+-----------------------------------------------------------+

Cette recette n'est pas de moi... Avouez que ca semble bon !!! VE2MAA, Martin ((( VE2MAA @ VE2CSC.PQ.CAN.NA )))


LA NUIT

 

Nous ne savons plus tellement ce qu'est la nuit. Dès que la noirceur surgit, les lumières s'allument dans nos maisons. Les rues de nos villes sont assez éclairées pour que la nuit se fasse oublier le plus possible. Si on se lève la nuit, il suffit d'appuyer sur un bouton pour que l'obscurité recule d'un coup. La radio et la télévision s'infiltrent à toute heure et on réussit sans peine à vaincre le silence de la nuit.

Pourtant la nuit en a long à nous apprendre. Elle est un temps d'attente tout tourne vers le matin ; demandez-le aux malades et vous comprendrez. Elle est un temps de recherche ou les êtres vont à tâtons ; demandez-le aux aveugles et vous verrez. Elle est un temps ou de façon mystérieuse se prépare le lendemain ; demandez-le à vos forces et elles sauront vous le dire.

Nous ne faisons souvent qu'attendre, chercher et nous préparer. Nous attendons la surprise d'une pèche miraculeuse au bout d'une nuit d'efforts sans résultats. Nous cherchons l'heure ou le Maître nous fera la surprise d'arriver à l'improviste pour nous faire passer à sa table. Nous préparons la venue d'un monde nouveau qui paraîtra dans toute sa lumière quand viendra le matin du dernier jour.

La foi, ce n'est pas la pleine lumière dans la nuit de nos vies. On ne sait pas toujours ou l'on va, mais on répond à l'appel de Quelqu'un qui nous dit : "Sois sans crainte! Je suis avec toi."

 

texte de Normand Provencher

edite par Guy Savard, VE2BFG origine packet-radio : 01-Sep-1992


Etre Jeune...

 

La jeunesse n'est pas seulement une periode de la vie. Elle est un etat
d'esprit, un effet de la volonte, une qualite de l'imagination, une intensite
emotive, une victoire du gout de l'aventure sur l'amour du confort.
 
On ne devient pas vieux pour avoir vecu un certain nombre d'annees. On
devient vieux parce qu'on a deserte son ideal. Les annees rident la peau, mais
renoncer a son ideal ride l'ame. Les preoccupations, les doutes, les craintes
et le desespoir sont les ennemis qui lentement nous font pencher vers la terre
et devenir poussiere avant la mort.
 
Jeune est celui qui s'etonne et s'emerveille. Il defie les evenements, et
trouve de la joie au jeu de la vie.
 
Vous etes aussi jeune que votre foi, aussi vieux que votre doute. Aussi
jeune que votre espoir, aussi vieux que votre decouragement.
 
Vous resterez jeune tant que vous resterez receptif a ce qui est beau,
bon et grand. Receptif aux messages de la nature, de l'homme et de l'infini.
Et si un jour, votre coeur allait etre mordu par le pessimissme et ronge
par le cynisme, puisse Dieu avoir pitie de votre ame de vieillard.

 

Mac-ARTHUR ,

QSP par Guy VE2BFG

Packet-radio 02/09/92

Je Sais!

 

Quand j'étais gosse, haut comme trois pommes

Je parlais très fort, pour être un homme

Je disais: je sais, je sais, je sais...

 

C'était le début, c'était le printemps

Mais quand j'ai eu mes dix-huit ans

J'ai dit: je sais, ça y est, cette fois je sais

Et aujourd'hui les jours où je me retourne

Je regarde la terre où j'ai fait les cent pas

Et je ne sais toujours pas comment elle tourne...

 

Vers vingt-cinq ans, je savais tout

L'amour, les roses, la vie, les sous...

Tiens, oui, l'amour: j'en avais fait le tour

Et heureusement comme les copains

Je n'avais pas mangé tout mon pain...

 

Au milieu de la vie, j'ai encore appris

Ce que j'ai appris, ça tient en quatre mots

Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau

Je ne peux pas mieux dire: il fait très beau...

 

C'est encore ce qui m'étonne dans la vie

Moi qui suis à l'automne de ma vie

On oublie tant de soirs de tristesse

Mais jamais un matin de tendresse...

 

Toute ma jeunesse, j'ai voulu dire je sais

Seulement plus je cherchais et puis moins je savais

Il y a soixante coups qui ont sonne à l'horloge

Je suis encore à ma fenêtre, je regarde et m'interoge

Maintenant je sais, je sais qu'on ne sait jamais

La vie, l'amour, l'argent, les amis et les roses

On ne sait jamais le bruit et la couleur des choses

C'est tout ce que je sais, mais ça je le sais!

 

- Paroles de Jean-Loup Dabadie - Chanson pour Jean-Gabin (1974) .....................................................VE2OE/TPK 1.81 Le 17/05/94 a 3:05Z - 73...


Nous sommes des survivants, des rescapés !

(pour ceux nés avant 1940)

Nous sommes nés avant la télévision, avant la pénicilline, avant les produits surgelés, les photocopies, le plastique, les verres de contact, la vidéo et le magnétoscope, et avant la pilule. Nous étions là avant les radars, les cartes de crédit, la bombe atomique, le rayon laser, avant le stylo à bille, avant le lave-vaisselle, les congélateurs, les couvertures chauffantes, avant la climatisation, avant les chemises sans repassage, et avant que l'homme marche sur la lune.

Nous nous sommes mariés avant de vivre ensemble. La vie en communauté se passait au couvent. Le " fast food " ", pour les anglais, était un menu de carême et un " big mac " était un grand manteau de pluie. Il n'y avait pas de mari au foyer, pas de congé parental, pas de télécopie ni de courrier électronique.

Nous datons de l'ère d'avant les HLM et d'avant les pampers. Nous n'avions jamais entendu parler de la modulation de fréquence, de cœur artificiel, de transplant, de machine à écrire électrique, ni de jeunes gens portant une boucle d'oreille.

Pour nous un ordinateur était quelqu'un qui conférait un ordre ecclésiastique, une puce était un parasite, et une souris était de la nourriture de chat. Les paraboles se trouvaient dans la bible, pas sur les toits. Un site était un point de vue panoramique, un CdRom nous aurait fait penser à une boisson jamaïquaine, un joint empêchait un robinet de goutter, l'herbe était pour les vaches, et une cassette servait à ranger les bijoux. Un téléphone cellulaire aurait été installé dans un pénitencier. Le rock était une matière géologique, un gai (prononcé gay en anglais) était quelqu'un qui faisait rire et made in Taiwan était de l'exotisme.

Nous étions sans doute une bonne race robuste et vivace, quand on songe à tous les changements qui ont bouleversé le monde et à tous les ajustements que nous avons su négocier. Pas étonnant que nous nous sentions parfois sûrs de nous et fiers d'avoir su sauter le fossé entre nous et la génération d'aujourd'hui. D'ailleurs nous sommes prêts à recevoir quelques euros par courrier électronique.

Grâce soit rendue à Dieu, nous sommes toujours là.

Nous sommes après tout un bon cru !


Un sourire.

 

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup.

Il enrichit ceux qui le reçoivent

sans appauvrir ceux qui le donnent

Il ne dure qu'un instant mais son souvenir est parfois éternel.

Personne n'est assez riche pour s'en passer,

personne n'est asssez pauvre pour ne pas le mériter.

Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires,

il est le signe sensible de l'amitié.

Un sourire donne du repos à l'être fatigué,

rend du courage aux plus découragés.

Il ne peut ni s'acheter, ni se prèter, ni se voler,

car c'est un chose qui n'a de valeur

qu'à partir du moment où il se donne.

QSP par F5HR auteur inconnu


-

[ Poemes de Valentine ]-- [ POEMES D'YLs ] - [ REF-86 ] - [ REF.86-Historique ] - [ ADRIERS ] - [ ADRASEC 86 ]-- [ RETOUR Accueil ]
 Mise à jour le 04/01/07++++++++
++Merci de vos-visites.-73s Michel-F8AU++
Courriel